Alles over kunst

Expo

À Arles: Naître aux mondes

Colette Dubois

Praktische info

Naître aux mondes/Ter werelden komen/Come into the worlds, les 7 et 8 juillet, Place du Forum à Arles.
naitreauxmondes.art

La Belgique sera présente les 7 et 8 juillet lors des journées professionnelles des Rencontres d’Arles avec un projet bicommunautaire soutenu par la FWB, WBI, Flanders Arts Institute, la Délégation générale du gouvernement de la Flandre en France et porté par la curatrice indépendante au sein de mòsso, Estelle Lecaille, et le directeur de KIOSK, Simon Delobel.

Chrystel Mukeba (Belgique, 1983), Refuge

Tandis que dans les moments perturbés que nous vivons, le climat général et politique incite au repli sur soi, à la peur de l’autre, et aux fermetures des frontières, les deux curateurs ont choisi de montrer le travail d’artistes qui mettent à l’avant-plan une autre vision de la société : celle qui mélange les cultures et s’enrichit individuellement et collectivement du contact avec tous les mondes qui font nos sociétés. C’est donc sur le mode de la rencontre et de l’échange avec les artistes que le projet Naître aux mondes/Ter werelden komen/Come into the worlds prendra forme à Arles.




Rami Hara (Somalie, 1994), Hooyo

Les artistes qui seront présents sur la place du Forum d’Arles ont pour point commun de n’être pas encore suffisamment connus du public. Leurs propositions sont marquées par la diversité des possibles ouvertures sur le(s) monde(s). Le projet Purgatoire de Patrick Wokmeni s’attache à l’existence précaire et à l’attente des migrants avant de traverser la Méditerranée. The Main Tool of a Bureaucracy réalisé par Prignot & Alvarez lors d’un atelier dans un centre pour demandeurs d’asile. La rencontre des autres peut aussi prendre la forme de la déconstruction des mythes (The Myth of the Other de Muhiba Botan) ou des idées reçues (Hooyo de Rami Hara). Refuge de Chrystel Mukeba apporte un autre regard sur ce qui nous entoure – forêts, bouquet séché, le regard d’un enfant – et nous apaise. La recherche d’une identité propre fait l’objet du travail de Brahim Tall et de celui d’Hélène Amouzou.

L’ensemble du projet fait l’objet d’une publication et prendra la forme d’une exposition à KIOSK en septembre prochain.